dimanche 6 mars 2011

Scène de la vie ordinaire

Paris, un vendredi matin, aux environs de 9h00.
Je pars vers le boulot, sur le chemin je m'arrête chez le marchand de journaux. C'est vendredi. C'est ELLE.
Le marchand me salue, me montre la pile avant même que je lui demande ce que je cherche. Il commence à me connaitre.
Je prends mon exemplaire hebdomadaire, ma dose de 200 pages entre pub pour des marques de luxe, photos de mode sur papier glacé, articles de fond, articles d'actus et articles people. Derrière son comptoir le vendeur parle à un monsieur d'une soixantaine d'années bien passées. Politique, ton ironique et commentaires sur la météo. Une petite mamie vient pauser son quotidien et son exemplaire de Super Mots Fléchés tout à côté de la caisse.

Le monsieur se tourne vers elle.

Il lui sourit. Elle le regarde et ne se fait pas prier pour lui rendre la politesse. Une petite blague bien placée. Elle sourit de plus belle et il ne lui en faut pas plus pour lancer la conversation.
Le marchand de journaux et moi n'existons pas. Ils sont seuls au monde et s'échangent ce qui pourrait ressembler à des banalités. Pas pour eux. Les mots sont réfléchis, posés, presque tremblants d'importance. Les regards sont tendres et joyeux.

Je donne mes 2€ et pars avec mon ELLE sous le bras. Je ne suis que figurante dans un jeu qui me dépasse de beaucoup.
Paris, un vendredi matin, aux environs de 9h00. Je ne sais pas ce que me réserve cette journée, mais j'ai envie d'y croire. Au coup de foudre ? A la tendresse des mots et des regards ? Aux sourires ?
Ou juste de croire que cette scène est ordinaire...

xxx

2 commentaires:

Franky a dit…

Vendredi t'as pas bossé alors me fait pas croire qu'à 9h t'étais chez ton marchand de journaux ! ;-)

ptitetoile a dit…

qui t'a dit que c'était ce vendredi...? :)