mardi 18 août 2009

J’fais ma fille…

Il y a quelques années de ca, je ne sais pas bien ce qui c’est passé, mais d’un coup, j’ai commencé à faire ma girly baby. Une sorte de conjonction d’éléments qui a fait que…
Tout a dut commencer quand une personne plutôt proche de moi m’a dit que j’étais une girly thing, alors que j’étais persuadée a l’époque d’être plutôt détachée de cette partie « futile » liée a mes gènes XY. Comme quoi, on peut parfois être le pire juge de nous même. A cette même période j’ai commencé à travailler pour de vrai. Par là j’entends un salaire qui paye un loyer parisien et donne la liberté de faire du shopping. Résultat : un compte en banque aussi a sec que quand je travaillais pour de faux (avec un faux salaire qui faisait semblant de payer le loyer). C’était aussi l’époque ou je travaillais chez Fashion TV, mais pour le coup je ne suis pas bien sure de l’influence, a part peut être pour mes discussions avec miss Camille.

Depuis j’ai décidé de l’accepter et d’y voir les très bons cotés (en fait il n’y a quasiment que des bons cotés, a part peut être pour cette histoire de compte en banque et le fait que ca ne résout pas la faim dans le monde, mais tant qu’on en a conscience…). A moi donc virées shopping avec retour les bras chargés de sacs (séance de muscu en prime pour mes petits bras de fillette), jupes qui tournent, talons de 10 cm (l’autre mauvais coté c’est que mon dos parfois en souffre, mais bon…), pantalons qui tombent bien, etc etc.
Et de temps en temps, grâle des grâles, je m’offre des journées « prenez soin de moi, je le vaux bien ». Et dimanche dernier, c’était une journée comme ca.

Tout a commencé vers 14h par une séance chez le coiffeur. Après une première prise de contact réglementaire (Elle (Alexa) « that’s a lot of hair! » Moi « yes, that’s a lot of hair… (et c’est pourtant pas faute de les perdre) »), un petit détour par le bac a shampoing et son massage du cuir chevelu, puis la session coupe pour remettre tout ca un peu joli. S’en est suivi la session brushing (et comme d’habitude, c’est la que la phrase that’s a lot of hair prend tout son sens). Et c'est alors que, venu de nulle part, Elle a sorti un fer à lisser… Mes cheveux, ca doit surement être une histoire de gènes, sont issus d’une lignée de cheveux raides. Le truc climat humide = je frise, je n’ai jamais connu. En bref, utiliser un fer à lisser sur moi c’est un peu utiliser un fer à friser sur Michael Jackson (RIP) à l’époque Jackson 5. Mais la voila, Elle, qui s’applique à raidir mes cheveux raides, afin de finaliser la coupe. Et bah je dois le dire, j’ai adoré le cote lisse, soyeux et brillant de mes cheveux quand je suis sortie ! J’avais l’impression d’être un top model perdu dans Toronto… Un peu la classe de la fille qui s’la joue quoi…

D’autant plus que ma journée n’était pas finie, et le meilleur restait à venir. Le temps d’un Caramel Frapuccino chez Starbucks (un truc tout chimique sucré mais qui rafraichit quand il fait 38 degrés a l’ombre), et je me dirigeais vers le spa Clarins pour une session « chouchoutez moi ». La madame m’a sorti son plus bel accent frenchy en m’accueillant et en me disant son petit prénom. « Fabienne, parlons français, ca sera plus simple pour toi comme pour moi ! ».
Fabienne m’a donc demandé de m’allonger sous la couverture chauffante (la clim aidant il faisait a peine 23, et je n’étais pas forcement très couverte) et prodigué 1h30 de pouponnage… Je suis sortie j’étais la reine du monde, en me disant que c’est quand mm vachement chouette d’être une nana !

Cette journée m’a évidemment couté une petite fortune, car ni Alexa ni Fabienne, si gentilles soit elles, ne sont bénévoles… D’autant plus que quand on s’occupe bien de moi, je suis plutôt généreuse en tips. Mais une fois de temps en temps je me refuse une (ou 2) paire(s) de chaussures pour m’offrir un petit moment de plaisir… D’autant plus qu’il faut que je me remette a la page de la girly attitude, Fleur venant rejoindre ma home torontoise dans 4 jours maintenant ! Une girly week en prévision, sweet and gross ™, sweet and naughty ™, a parler de choses futiles et primordiales (nos vies), arpenter les magasins de fripes (« vintage ») de Kensigton Market et regarder des épisodes de Gossip Girl… Rien qui ne résoudra la fin dans le monde, encore une fois, mais de quoi rendre la vie plus jolie !

Je ne suis pas sure de vous faire l’exposé de la semaine prochain en long en large et en travers, d’autant plus que ca risque de ne pas passionner grand monde (un peu comme ce poste), mais promis, je reviens avec quelques nouvelles avant l’arrivée de mes petits parents, le 11 septembre.

xxx

2 commentaires:

Cyrielle a dit…

Mais si on est toujours là! Il reste des lecteurs assidus de tes post qui donnent presque l'impression que tu es là, tout près.
Bisous bichette. Vive les filles!

Dodo a dit…

ça !!! c'est vraiment toi ...
tu connais l'air ...
Mais tu sais tu as le droit de te faire belle, après tout, tu le vaus bien ...
eh oui à nous bientôt Toronto