mardi 30 décembre 2008

D'aventures en aventures

Ce qu'il y a de chouettes dans ce genre de voyages (un peu long, un peu loin), c'est qu'on a souvent tout plein d'aventures à raconter par la suite.
Celui ci ne dérogera donc pas à la règle, puisqu'il m'aura fallut 15 minutes de train pour que tout se complique. Petit rappel du contexte : Mercredi matin le réveil à sonné à 6h00 pour que je quitte Paris en temps et en heure et rejoigne Nantes pour un Noël en famille. Samedi matin le réveil à une nouvelle fois sonné à 6h00 pour que je quitte Nantes vers Paris. Arrivée initialement prévue à 10h pour un avion vers Toronto à 13h55... Jusque là tout va bien.
7H30 départ de Nantes, bagages chargés et valises fermées (c'est important de le préciser car c'était pas gagné... "Ai je besoin de ce petit pull que je ne mets plus depuis 2 ans ? Oui mais on sait jamais..." - bref, une autre histoire).
Me voila donc avec autant de bagages que ma petite personne (en kg), moi et mes gros bras musclés avons donc demandés à mon petit papa un accompagnement jusque dans le train, dans les règles et comme il se doit. Ceci étant fait, ne me restait donc plus qu'à traîner mes gentilles petites valises jusqu'à un taxi qui mettrait tout ça sur un chariot jusqu'au comptoir d'enregistrement... oui oui, "a girl with a plan!" En tous cas c'est ce que je croyais.

Sauf que voila, 7H30 le train démarre, 7H45, la gare d'Ancenis à peine dépassée...
Et le train a été pris d'un léger mouvement de recul, un peu comme si il avait eu le hoquet ou comme si il avait percuté quelque chose.
Puis un bruit étrange comme si le train déraillait et se mettait à rouler sur des graviers...
Là les gens se regardent, ils attendraient presque que le train se casse la margoulette et aille se poser dans le fossé, tout le monde en suspension, le coeur à l'arrêt et les mains moites...
Une odeur suspecte se rajoute...
Puis le train s'arrête.
Et voila, là déjà je sent que je vais galérer pour avoir mon avion.

3 petites notes de musique, la sncf veut nous parler : "nous avons percuté un objet non identifié, nous sommes maintenant à l'arrêt, merci de ne pas essayer d'ouvrir les portes, nous vous tenons informé dès que possible".

Non... Ils vont vraiment me faire rater mon avion ?

Au bout de 20 minutes nous apprenons que nous avons percuté une voiture...

Vraiment ? Je vais le rater là c'est sur...

Vers 10h30 et après plusieurs annonces contradictoires, il est décidé que :
- le train va repartir vers la gare d'Ancenis
- la voiture de tête (la mienne) étant endommagée, les passager de cette voiture vont devoir aller dans la seconde voiture avec l'ensemble de leur bagages et effets personnels (gloups... papa ou es tu?)
- le train va ensuite repartir vers Paris...
11h le changement de train s'opère et moi, "petits" bagages à bouts de bras, je me hisse (traîne ?) de ma place de 1ère classe jusqu'au bout du monde et en seconde classe...
11h20, le train n'est pas encore reparti, il est maintenant officiel que je n'aurai pas mon avion. Mes parents formidables entrent alors en action dégainant téléphones, carte bancaire et emails pour expliquer ma situation à Northwest airline et tenter de faire changer mon billet. Le tout pour finalement en racheter un qui partira... le lendemain.

14h arrivée à Paris (et mon avion décolle...)
14h30 arrivée chez Betty, et son 5ème étage... sans ascenseur... (papa tu me manques...)

Et voila, je n'ai donc pas changé l'heure de mon réveil : 6h00 du matin le dimanche, arrivée dans le taxi à 6H20 et à l'aéroport à 7h00... Le reste est beaucoup moins drôle : j'ai trouvé un chariot pour mes valises presque tout de suite, l'enregistrement s'est fait sans encombre, le voyage correct, les douanes ne m'ont pas posées de soucies et j'ai eu mon permis de travail sans aucun problème.

J'ai juste le dos en compote de pomme, les épaules en vrac et une valise qui n'a pas trop aimé le voyage, mais j'y suis : je suis chez Sandrine à Havelock Street et je suis canadienne pour les prochains 365 jours !

xxx

- Je tiens à préciser que
- je ne suis pas une fille ingrate qui ne trouve réconfort au près de ses parents que lorsqu'il faut déménager, porter des valises ou sortir la CB... (non non !) mais comme il est réconfortant et important de savoir qu'ils sont là, même quand on veut jouer les grande et partir toute seule... un peu longtemps, et un peu loin
- le conducteur de la voiture s'en est lui bien sorti (la voiture par contre beaucoup moins bien), il était juste tout bourré, a dévalé le talus pour se poser sur la voie de train mais est sorti du véhicule à temps... comme quoi, boire ou conduire... -

1 commentaire:

Rosa a dit…

Tu me feras toujours rire! (enfin, sur le moment, tu ne devais pas beaucoup rire d'ailleurs)!
Je te trouve toujours aussi courageuse!
Tu devrais peut etre commencer à écrire un livre avec tes aventures! (c'est tout a fait le genre de livre pour filles que je lis! oui pas très intellectuel comme livre, je sais)!!
Je suis quand même bien contente que tu sois bien arrivée au final!
Repose toi bien avant de commencer à travailler!
Bisous et a bientot