mardi 2 mars 2010

Arrêtez le monde, je voudrais descendre.

C'est dans les couloirs du métro à Paris que l'on se confronte le plus directement à la vie culturelle de cette ville. Entre affiches de films, de pièces de théâtre, de sorties littéraires, de nouveautés presse, ... Et c'est au détour d'un escalier que cette affiche m'a sauté aux yeux : "Arrêtez le monde, je voudrais descendre".
Aucune idée de ce que cette pièce de théâtre vaut, aucune idée de ce qu'elle dit, et aucune idée de ses acteurs/metteur en scène. Mais l'espace d'un instant, cette phrase toute bête m'a arrêtée.

Arrêtez le monde oui. Le ralentir tout du moins. prendre une pause, le temps de le regarder, le temps de le voir, le temps de faire les comptes. Un bilan...
Mais en descendre ? Pour le moment j'ai envie de dire non à cette résignation, envie d'y croire encore un peu.

La terre ne s'arrête pas de tourner pour nos petits drames du quotidien ou même les grands drames diffusé au 20h (cette fenêtre dramatique et dramatisée sur le monde dans notre salon). Alors même quand on voudrait prendre une pause, c'est toujours très compliqué : la vie Elle, continue d'avancer. Mais cette phrase, l'espace d'un instant, au milieu du flot sous terrain de 19h30, à eu l'intérêt de m'arrêter. Et pour ces petits moments un peu incongrus (le chanteur qui va chanter divinement juste et bien entre 3 tapis roulants à Chatelet, la boutique à l'air de rien qui va nous offrir des trésors que l'on ne cherchait plus, la petite mamie qui va me demander le bras pour l'aider à traverser, le livre sur lequel on va tomber par hasard à la librairie du coin et nous réserver des moments privilégiés, ces petites phrases venues de nul part qui vont nous sortir complètement de nos pensées pour nous emporter ailleurs, ...) Pour tout ça, en plus du reste, je me dis que non : je ne veux pas en descendre.

Mais pour ceux qui voudraient une excuse pour prendre le temps de regarder le monde, Earth day, où la journée mondiale de la Terre, c'est le 22 avril.

xxx

Aucun commentaire: