mercredi 5 août 2009

Where is Brian?

I speak english!!

Okay, vous vous dites peut-être "il était temps", après 1 an a chasser les kangourous et plus de 7 mois à alterner moonboots et bikini (en ce moment c'est calor calor les amis) au près des caribous.
Il faut déjà savoir que je partais de bien loin. Ma première note d'anglais en 6ème était un 6/20, et ma note au bac tout juste à la moyenne. Je n'ai jamais vraiment réussi à faire rentrer ses fichus verbes irréguliers dans ma 'tite tête, et tous les faux amis, je n'en parle même pas.
Alors oui forcément après ma première année far far away, les choses allaient vachement mieux : je savais commander une pinte de cidre à la pression, demander à ce qu'on me mette de la crème dans le dos, et faire la différence entre toutes les sortes de pain...
Et puis j'ai commencé à bosser "pour de vrai", avec un salaire au dessus du smic, un bureau et des gens qui me demandaient des présentations en anglais... Alors j'ai ajouté un peu de vocabulaire professionnel aux pâtisseries.

Et en partant au Canada, il a fallut que je remette tout ça en ordre, oublie mon accent australien à la one again, et speak proper english dans le cadre professionnel. C'est une chose de répondre au téléphone en anglais de Paris, une autre à Toronto quand les gens qui vous appellent s'attendent à tomber sur quelqu'un d'anglophone.
Et finalement, ça se passe plutôt pas mal... Et je sais que je parle maintenant anglais quand :
- les chansons que j'écoutais en chantant yaourt au lycée font maintenant du sens. Ben Harper, je n't'écoute plus du tout pareil...
- on ne me demande plus de répéter 45 fois quand je demande quelque chose dans un magasin
- le taxi comprend quand j'ai bu beaucoup trop de cosmopolitans et que je dois lui dire à quelle intersection je suis supposée retrouver mon lit
- les clients me répondent gentiment et me posent de vraies questions comme si j'étais normale (et pas à deux à l'heure comme si j'étais un peu débile)... Non sans me demander d'où vient mon accent...

Fichu accent qui a cette particularité de ne pas vouloir disparaître malgré tous les efforts du monde. Et qui, apparemment, se transforme selon les occasions :
- un espèce d'accent français mais pas vraiment Frenchy non plus en temps normal
- et toujours selon le taxi de cette soirée à cosmopolitans, un accent australien après quelques verres...
Dois je en déduire quelque chose ?

Alors voila, je speak English les amis. Bon, j'ai toujours du mal avec certains mots comme "chocolate", ou la combinaison pas évidente mais pourtant bien utile "double chocolate milk-shake". Mais je ne désespère pas, et je m'entraîne quotidiennement... ;-)

Pour finir un petit lien ci dessous (oui j'aime bien en ce moment) en souvenir de 2 semaines autour de la Nouvelle Zélande qui mériteraient un livre rien qu'à elles, et deux nénettes que j'embrasse bien fort !

xxx

gad et bryan


3 commentaires:

Mamoune a dit…

Et alors pleures-tu aussi en anglais ?

ptitetoile a dit…

nan, trop d'experience en VF!

Rosa a dit…

Et bien toi tu as voyagé, travaillé en anglais...
et moi je suis restée à Rezé avec mon niveau de 6ème (my name is Rosa).
Du coup, j'ai la capacité de comprendre Gad Elmaleh quand il parle (la chance!) Where is Bryan? Mais je ne te comprends pas quand tu parles en anglais!
J'ai aussi un handicap, je suis blonde, mais je vois que c'est un obstacle que l'on peut surmonter!
Bonne continuation Elise!
Tu nous manques...

Rosa... blonde et pas bilingue du tout mais capable de comprendre les tous petits (bébés) quand ils parlent... à mon avis, toi pas autant que moi sur ce point! ;-)